Référencement SEO : quelles différences entre White Hat, Black Hat et Grey Hat ?

Si vous débutez en référencement SEO, vous avez sûrement parcouru de nombreux blogs, vidéos Youtube SEO, podcasts et autres supports, et avez pu voir apparaître ici ou là les termes Black Hat parfois en opposition au White Hat… et un peu plus rarement Grey Hat, qui définissent tous une méthodologie ou approche du SEO avec ses codes spécifiques et sa prise de risque également… on fait le point sur ce sujet.

SEO

Afin d’éviter toute confusion, les résultats affichés par un moteur de recherche comme Google constituent le canal “search engine marketing” (appelé dans le jargon SEM, combinaison de SEO et SEA), dont découlent deux disciplines distinctes :

  • le SEA (référencement payant) qui sont des résultats issus de campagnes publicitaires fonctionnant sur un système d’enchères sur les mots clés ciblés par le propriétaire du site web ;
  • le SEO (référencement naturel) qui sont donc des résultats dits organiques, qui s’affichent sans que le propriétaire du site web n’ait eu à payer Google

À l’origine, le référencement naturel dit SEO est une discipline du marketing digital qui est basé sur 3 fondamentaux, qui n’ont jamais réellement changé depuis l’apparition de cette terminologie :


[NOUVEAU] Étude : quel rôle jouent les avis clients dans la confiance en ligne ?

Trustpilot, spécialiste des avis clients, a collaboré avec une agence de recherche et d'analyse comportementale afin d'étudier le rôle que jouent les avis dans la confiance sur Internet chez les français. Découvrez le rapport complet qui vous donnera les clés de l'influence des témoignages clients sur les acheteurs.

  • le code source : puisqu’il s’agit de robots, le code HTML doit être structuré, optimisé pour une lecture et compréhension optimale des crawlers ;
  • le contenu : la qualité et la quantité des textes qui en font des contenus riches, structurés et utiles pour l’internaute ;
  • le netlinking : les liens pointant vers la page d’un site web, indice de popularité pris en compte par les algorithmes de tri des résultats (parmi d’autres critères).

Maintenant que nous avons défini ces fondamentaux, vient la question légitime : qu’est-ce qui différencie le SEO dit White Hat, du Black Hat et du Grey Hat ?

Définition SEO White Hat : un respect strict des recommandations des moteurs de recherche

Le terme White Hat est à la base beaucoup utilisé dans la sécurité informatique : il s’agit d’un “hackeur” dit éthique, qui agit plutôt dans l’objectif de prévenir les entreprises d’une faille qu’il aurait découvert, dans le but qu’elles soient sécurisées, avant qu’un hackeur avec de mauvaises intention la découvre. Cette appellation a ensuite été associée au domaine du référencement.

Pour définir un SEO White Hat, il s’agit d’un référenceur qui, dans l’exercice de son travail d’optimisation du référencement d’un site web, respecte scrupuleusement les recommandations des moteurs de recherche, Google en tête, sur ce qu’ils autorisent de faire pour optimiser le SEO d’un site web. Ces éléments autorisés ou interdits sont spécifiés dans ce qu’on appelle les “Guidelines Google“.

En effet, Google communique régulièrement sur les bonnes pratiques SEO, ainsi que sur les pratiques qu’il sanctionne (à travers des mises à jour de son algorithme), et a même publié un guide PDF d’optimisation pour les moteurs de recherche, que nous vous conseillons de lire, qui à la base était destiné aux salariés Google en interne, et qui ensuite a été partagé auprès du grand public. Destiné aux novices, il détaille point par point les différentes actions qu’un Webmaster peut entreprendre afin d’optimiser son site web pour favoriser son SEO.

Définition SEO Black Hat : un référenceur usant de techniques interdites par Google pour référencer son site web

Le référenceur SEO Black Hat est donc à l’opposé du SEO White Hat : par définition, le SEO Black Hat n’a pas d’éthique, ne respecte pas les règles établies par les moteurs de recherche, et va donc utiliser toutes les techniques existantes pour positionner son site web en tête de résultats.

Il prend donc des risques importants de subir une pénalité de la part des moteurs de recherche, et d’ailleurs ce risque-là fait même partie de sa méthodologie de travail : il va sans cesse lancer de nouvelles actions pour anticiper une éventuelle pénalité manuelle de l’un de ses sites web, pour travailler sur d’autres projets en parallèle. Le SEO Black Hat est souvent associé à une approche court-termiste, qui à la fois permet d’avoir des résultats rapides, mais de façon éphémère ou temporaire.

Concrètement, le Black Hat SEO est une approche qui consiste à tester continuellement les moteurs de recherche, sur différentes approches agressives utilisant à la fois des techniques liées au spam, à la création de contenu de faible qualité en masse, de netlinking artificiel… pour identifier les points faibles des algorithmes de tri des résultats des pages de recherche, afin de les exploiter plus massivement.

À l’époque, les premières techniques de ce type étaient ce qu’on appelait la création de pages satellites sur un site web, c’est-à-dire des pages orphelines, non liées au site web en lui même, mais qui avaient pour but de positionner le site web sur des mots clés additionnels pour attirer plus de trafic. Ces techniques ont beaucoup évolué aujourd’hui, et si on devait faire une liste non exhaustive de techniques dîtes Black Hat, on pourrait citer :

  • le scraping de contenus pour publier des contenus mixant de nombreuses sources, générant un contenu parfois considéré comme original par les moteurs de recherche, mais qui finalement est une combinaison de plusieurs contenus rédigés par d’autres sites formant un résultat appelé “bouillie” dans le jargon ;
  • la création de liens artificiels de façon automatisées, par le biais de robots qui vont poster des contenus en commentaires de forum, d’articles de blogs etc… dans le but de faire croire que ces liens sont naturels et
  • le cloaking de contenu : cela consiste à afficher un contenu différent selon si la page est consultée par un internaute ou un robot de Google, en affichant une version conforme à Google et la version souhaitée – par exemple truffée de publicités ou redirigeant automatiquement l’internaute vers une page commerciale sur laquelle il ne pensait pas arriver en cliquant sur le résultat ;
  • la création de réseaux de sites : appelés PBN dans le jargon, pour Private Blog Network, cela consiste à créer une multitude de sites indépendants les uns des autres, qui vont créer des liens vers le site principal (appelé MS ou money site dans le jargon du SEO)
  • le negative SEO : le fait de tenter de pénaliser son ou ses concurrents en créant des liens artificiels de mauvaise qualité, dans le but de lui faire subir une pénalité Google
  • etc

Important : même si la plupart des personnes se prétendant Black Hat SEO en font à plein temps, il y a beaucoup de référenceurs qui se réclament des deux disciplines, et qui vont alterner l’usage de l’une ou de l’autre selon le projet concerné… ce qui a en partie donné naissance à une troisième catégorie de personnes, les Grey Hat SEO

Définition Grey Hat SEO : un référenceur jouant avec le fil rouge qui sépare le Black Hat du White Hat

Le SEO Grey Hat est un référenceur qui connaît en partie ou en totalité les techniques du Black Hat SEO, qui connaît également les règles du White Hat SEO, et qui va parfois pousser la limite du White Hat pour se situer sur un “entre-deux”, prenant quelques risques mesurés, dans le but d’améliorer le référencement d’un site web.

Concrètement, le Grey Hat SEO ne va pas hésiter à utiliser certaines techniques de l’univers Black Hat, sans pour autant centrer sa stratégie autour de cela : parfois, il s’agira juste d’une partie du dispositif, qui sera isolé du mieux possible du projet final, de manière à ne pas impacter son client ou son entreprise en cas de pénalité du site web concerné par les techniques dites de BH.

Prenons un exemple sur la création de liens : il faut savoir qu’en netlinking, l’achat de lien sur un site web dans le but d’améliorer la popularité d’un site web est prohibé par Google, et que ce dernier pénalise en théorie les sites faisant usage de ce type de pratique… quand il arrive à le détecter.

Cependant, il est naïf de penser que la pratique de l’achat de liens est exotique ou faisant partie du Black Hat : bien au contraire, de nombreux sites connus de la place publique en font usage, et des sites de contenus populaires vendent également des liens. Ici, la difficulté pour Google est de pouvoir identifier ce type de lien, de manière à leur ôter le “jus de popularité” qu’un lien de ce type peut transmettre au site bénéficiaire. Même si cette pratique est populaire, elle ne fait pas partie du White Hat par définition, donc selon les approches, elle peut soit être classifiée en Grey ou Black.

Pour conclure, si on devait donc résumer les différences principales entre BH SEO, WH SEO et GH SEO :

  • Black Hat SEO : faire usage de techniques interdites par Google et ses confrères (Bing…), dans le but d’influencer les algorithmes de classement des moteurs de recherche pour favoriser le site en question ;
  • White Hat SEO : mettre en place des optimisations conformes aux règles établies par Google en travaillant le contenu de son site et sa popularité par des biais marketing traditionnels ;
  • Grey Hat SEO : alterner entre respect des guidelines SEO de Google mais faire usage de techniques dites “borderline” en ne focalisant pas toute la stratégie SEO sur ces dernières… de manière à “noyer le poisson”

[Nouveau] 4 ebooks sur le digital marketing à télécharger gratuitement

Cet article vous a plu ? Recevez nos prochains articles par mail

Inscrivez-vous à notre newsletter, et vous recevrez un mail tous les jeudis avec les derniers articles d’experts publiés.

Articles complémentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *